MAISON L.C.

Cette maison L.C. des années 90 située dans le médoc, était restée figée dans son temps. Tous les éléments architecturaux , autant extérieur que intérieur étaient imprégnés par leur époque. De plus, on constatait aussi que lumière naturelle s’engouffrait peu dans les volumes profonds de cette maison.

Premièrement, le fil conducteur de cette rénovation a  été de redonner une âme nouvelle. D’autre part, des matériaux nobles et bruts ainsi que des ouvrages résolument contemporains ont été installé pour imposer du caractère. De faite, une verrière, des portes coulissantes et un escalier semi suspendu ont été réalisé en acier. En suite, des façades de placards, le plan de travail, les marches de l’escalier et une niche de télévision ont été fabriqué en chêne. Aussi, le sol a été revisité par un calepinage en béton. De ce faite, le revêtement de sol intérieur permet d’être lié à la surface minérale extérieur.  En conséquence, ce jeu de matière permet de créer une atmosphère sobre, actuelle et légère.

Deuxièmement, pour amener la lumière au cœur de l’habitation et offrir une multitude de perspective, les volumes ont été restructurés.  En effet, le noyau central n’est plus enclavée. De cette manière, la cage d’escalier communique avec le séjour, la cuisine ainsi que l’extérieur.

Par ailleurs, cette rénovation et restructuration se prolonge dans le jardin. Mais encore, la vaste surface minérale existante, elle a été fractionnée par des terrasses et des pas japonais les relient.

Pour finir, ce nouveau aménagement paysager permet de créer un parcours et d’alléger l’impact minéral. En conclusion, ces différentes zones permettent de profiter du jardin à d’autres endroits tout au long de la journée.